Qu'est-ce que l'ESS

Qu'est-ce que l'ESS

Qu’est-ce que l’ESS ?  

Les racines de l’ESS :

L’économie sociale et solidaire puise ses racines dans l'histoire politique française de ces 4 dernières décennies. Elle a arboré un objectif politique clair : celui d’une autre manière de faire l’économie, dont l’objectif primaire ne saurait en aucun cas de réaliser du profit, mais bien d’utiliser les bénéfices en faveur d’une cause sociale et/ou environnementale. Dès lors, on retrouve des collectifs de personnes qui agissent selon un fonctionnement démocratique propre, tout en privilégiant le territoire local. Ce n’est qu’en 2014 seulement que cette notion d’ESS rentre dans la loi. On parle alors, d’après la loi n°2014-856, “d’un mode d’entreprendre et de développement économique” qui doit impérativement répondre à trois critères :

  • “Un but poursuivi autre que le seul partage des bénéfices
  • “Une gouvernance démocratique” dans la prise de décision ou dans l’élection du dirigeant par exemple
  • “Les bénéfices sont majoritairement consacrés à l’objectif de maintien ou de développement de l’activité de l’entreprise”
  • Les principes auxquels doivent répondre les acteurs de l’ESS :

    L’économie sociale et solidaire c’est concilier une activité économique pour une unité sociale. Et pour que le cela fonctionne, elle s’appuie sur plusieurs principes :

    • Privilégier la personne au lieu du profit : Dans l’économie traditionnelle, on mesure le taux de rentabilité en terme de profit. Dans l’économie sociale, on mesure la rentabilité par le perfectionnement de la qualité de vie d’une communauté. Autrement dit, plutôt que de privilégier le profit à tout prix, on vient se concentrer sur les besoins de l’humain.
    • La gestion démocratique d’une institution : Dans une institution traditionnelle, on pratique le principe de “une action, une voix”, alors que dans une institution sociale on parle de “une personne, une voix”. Le dirigeant est donc élu de manière démocratique et les décisions sont prises par l’ensemble du collectif.
    • La réglementation de la répartition des profits : En ce qui concerne la gestion économique, les excédents budgétaires ne sont pas distribuables et les fonds propres impartageables. Le profit est alors perpétuellement réinvesti dans les différents projets mis en place.
    • L’engagement de chacun : les principes de solidarité et de responsabilité accompagnent la mise en œuvre des actions. L'adhésion aux structures ainsi qu’aux différents projets restent ouverts et volontaires.

    Dans quels domaines agissent les acteurs de l’ESS ?

    L’ESS* compte parmi ses acteurs toutes les associations et les entreprises qui animent le mouvement par des valeurs humanistes. Ces acteurs agissent alors dans différents domaines comme :

    • l'entrepreneuriat social : Enactus France est une fondation qui s’engage à faire découvrir l’économie sociale et solidaire aux plus jeunes. Ils accompagnent aussi les étudiants qui souhaitent se lancer dans leur(s) projet(s). Ils sensibilisent les étudiants à s’intéresser à “l’économie de demain” à travers leurs actions.
    • L’intervention sociale : Emmaüs est une association internationale qui permet à des personnes ayant vécues des parcours difficiles (migrants, sans-papiers, personnes affaiblies psychologiquement ou physiquement,etc.) de retrouver une place dans la société. Ces personnes se retrouvent alors dans une structure les accompagnant à construire de réels projets tout en les plaçant dans une position d’acteur.
    • L’agriculture éco-responsable : Biocoop est une coopérative qui s’engage à soutenir une agriculture entièrement biologique. Cette institution vise à maintenir une transparence inégalée, équité dans les relations commerciales ainsi que la qualité des produits.
    • la consommation responsable : Andes est une épicerie sociale et solidaire qui se présente comme un commerce de proximité lambda, permettant à un public en difficulté économique d’accéder à des produits classiques qu’il ne peuvent pas se procurer. L’épicerie propose des denrées alimentaires de qualité entre 10 et 30% de leur valeur commerciale. Ces épiceries répondent à un besoin précis, celui d’apporter des solutions à des problématiques sociétales et de santé publique.
    • L’aménagement des tiers-lieux : La conciergerie solidaire est une entreprise sociale qui encourage, grâce à ses activités, le retour à l’emploi par la mise en situation de travail. En plus de proposer plusieurs services techniques pour améliorer le quotidien des collaborateurs, elle met en place des événements afin de sensibiliser les personnes à l’économie sociale et solidaire.
    • La finance responsable : Finance responsable est une entreprise permettant d’orienter les flux financiers privés afin de contribuer à l’économie sociale et solidaire. Cette institution s’engage à mettre en place des normes environnementales et sociales strictes dans les banques et assurances, surtout pour le financement des projets à visées impactantes (ressources naturelles, énergies fossiles, nucléaires, etc).
    • Les structures d’accompagnement des seniors : Domani est une entreprise sociale qui vise à repenser l’accompagnement des séniors dans notre société. Ces derniers luttent pour faire de Domani, l’acteur de référence de logement des seniors, en se basant sur un modèle de maisons partagées et inclusives.

    Et aujourd’hui ?

    En France, le marché de l’ESS* gravite de manière exponentielle et ne cesse de développer ses domaines. Voici quelques chiffres clés témoignant de son expansion :

    Aujourd’hui l’ESS représente plus de 10% de l’emploi salarié français, soit 2.3 millions de salariés en France.

    Plus de 221 000 entreprises et associations travaillent dans ce secteur

    On compte plus de 12,5 millions de bénévoles engagés dans des associations de l’ESS

    C’est pour cela que Komunii s’engage dans l’Economie sociale et solidaire, et souhaite vous aider à vous engager; car nous pensons que c’est ensemble que nous parvenons à construire de grandes choses.

    * : L'économie sociale et solidaire